Le PSDT souhaite une médiation de la Scandinavie ou de l’ONU

Le parti Social-Démocrate du Togo PSDT a tenu ce matin à Lomé, une conférence de presse ceci pour présenter ses vœux de nouvel an aux journalistes d’abord, aux militants du parti et a l’ensemble de la population togolaise. Dans la situation difficile que traverse le Togo, le premier secrétaire du parti a tenu à souhaiter personnellement la santé à tout le peuple togolais et un aboutissement heureux de la crise politique actuelle.

Aussi a-t-il été question pour le parti de faire le bilan des activités effectuées en 2017, ensuite une perspective des activités à mener en 2018. Le parti entend toutefois s’impliquer d’avantage pour l’aboutissement de la crise en acceptant de travailler avec les autres de l’opposition s’il le souhaite.

L’occasion a été propice pour le premier responsable du parti social-démocrate du Togo Laurent Laté Lawson pour abordé une fois encore la crise politique que vit le Togo depuis quelques mois. Et pour sa position, Laurent Lawson n’épouse pas trop la stratégie unique de manifestions qu’adopte l’opposition togolaise, mais se positionne beaucoup plus pour le dialogue entre les acteurs politiques. Le dialogue, toutes les parties l’ont sur les lèvres mais le problème actuel est celui du choix d’un médiateur. Jusqu’ici, des pays africains comme le Ghana, la guinée et récemment le Burkina et le bénin et la cote d’ivoire ont été cités, mais le débat demeure car le pouvoir parle d’un dialogue entre togolais. Sur le sujet, le PSDT a lui évoqué la préférence de voir ce dialogue être dirigé par l’Organisation des Nations Unies ou plutôt par un pays de la Scandinavie. Pour lui, ce ci permettrai de rendre l’atmosphère plus confiante pour tous les acteurs.

Clément PLAKOO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *