Interview de Laurent Lawson : « Le gouvernement doit pouvoir baliser le chemin pour une sortie de crise totale »

  1. « Le gouvernement doit pouvoir baliser le chemin pour une sortie de crise totale »

 

ACTE TV TOGO : Les acteurs politiques du Togo sont depuis quelques semaines, au tour de la table de discussion pour une sortie de crise, suite à la contestation politique observée chez l’opposition togolaise. Alors comment vivez-vous ce dialogue ?

LL: Depuis très longtemps, nous au PSDT, nous avons toujours proposé le dialogue. Parce que, vous savez, après toute période de manifestation, on observe une trêve et on discute pour voir comment l’on peut avancer ou non. Je trouve que les revendications de l’opposition sont légitimes et nous l’avons toujours dit bien que entretemps sur la manière, nous ne sommes pas d’accord mais je salut aujourd’hui la sagesse de l’opposition togolaise a montré en acceptant le dialogue maintenant, nous croisons les doigts quant à ce qui va en sortir. Toutefois, notre souhait est que ce dialogue réussisse.

 

ACTE TV TOGO : Face à cela,  quelle est véritablement la position du PSDT  et aussi de Laurent Lawson ?

LL: Aujourd’hui,  à l’allure où vont les choses, nous risquons d’avoir un dialogue qui va nous prendre toute une année. Puis qu’est-il dit que les discutions vont prendre 10 jours. Mais 10 jours avec une période intervalle à chaque fois, d’un mois, comme on le voit là,  voudrait dire que cela va nous prendre un peu de temps. Alors notre position aujourd’hui  c’est que le gouvernement doit pouvoir baliser le chemin pour une sortie de crise totale. Déjà, je pense que c’est une absurdité totale, le fait d’occasionner des manifestations une fois de plus dans les rues de Lomé, juste parque que ce gouvernement qui a échoué sur tous les plans,  continue d’exprimer sa mauvaise foi en continuant un processus électoral complètement biaisé et pendant le dialogue. Tout le monde sais que la meilleure des choses à faire aujourd’hui, c’est de suspendre toutes les activités visant à l’organisation d’une quelconque élection puisque ce problème reste sur le tapis. Par fois cela amène ceux qui laissent souvent entendre que la politique est un jeu de tromperie et de mensonge à avoir des éléments pour soutenir leur raisonnement. Mais non, la politique contrairement à ce qui est souvent dit, n’est pas un jeu de mensonge.

Par railleur je voudrais saluer la sagesse dont a fait montre l’opposition togolaise avec les propositions faites dernièrement. Je trouve que le fait déjà de revoir leur position et la proposition qui vise à former un gouvernement de transition démontre leur volonté à avancer. Maintenant le gouvernement togolais devrait faire la même chose en revoyant sa position. Tout compte fais nous avons rendez-vous avec l’histoire et il est à noter que tout acte nous sera comptable.

 

ACTE TV TOGO : Pensez-vous qu’avec la tournure observée et les sujets à la table, ce dialogue peut conduire à une solution durable ?

LL: Comme je viens de le dire, notre souhait est que le peuple togolais en sorte gagnant. Si vous, votre question devrait m’amener à dire que nous en sortiront avec un résultat parfait, désolé.  Nous en sortiront forcement avec un résultat mais un résultat parfait, je doute, parce que aucun dialogue ne laisse voir un résultat parfait. Il faut toujours sacrifier quelque chose. C’est ce qu’on a observé du côté de l’opposition togolaise pourvu maintenant qu’il y ait un résultat commun à tous. Un résultat qui résout définitivement la question des élections au Togo pour que désormais nous puissions jouir d’une paix durable et que le développement s’en suive.

ACTE TV TOGO : Le principal débat actuellement, est le départ ou non du Chef de l’Etat, le président Faure Essozimna Gnassingbé en 2020, alors selon vous, vue la situation, doit-il rester ou partir?

LL: Je pense que la question est légitime. Personne n’abordera ce sujet si tout allais bien dans le pays. Et le Chef de l’Etat togolais devrait comprendre cela. Mais notre vision est que l’on ne passe pas assez de temps sur ce débat pour ensuite oublier les questions les plus essentielles. Puisque la personne même de Faure ne devrait pas nous intéressé mais comment s’organiser pour que soit, il désiste, soit son parti soit battu à l’élection. Et il est temps d’y penser, ce n’est pas impossible. Nous, nous sommes prêts à réfléchir et œuvrer avec nos amis sur cette question.

ACTE TV TOGO : Des jeunes de plusieurs origines politiques, réunis dans une organisation de la société civile, les Sentinelles de la République, estiment qu’il n’y a peut-être pas assez de garantie pour le Chef de l’Etat. Pour cela, ils suscitent depuis deux semaines, un débat autour du statut des anciens présidents, prévue par la constitution togolaise à son article 75, mais jusqu’ici non appliquée. Etes-vous de leur avis ?

LL: Je suis content, quand j’entends ces jeunes. C’est ce que nous avons toujours prôné. Une jeunesse active et véritablement impliquée. C’est une preuve que la jeunesse togolaise regorge de potentialité. maintenant, c’est à nous de leur faciliter les choses.

Sur le font du sujet, oui, cela peut-être une des difficultés que nous avons dans la lutte pour l’alternance. Un ancien président doit avoir un statut. C’est une garantie pour que le dirigeant en fonction ne soit pas un obstacle pour le développement du pays. Donc j’adhère totalement à l’idée de ces jeunes et dis que, pour nous, au PSDT, si nous avons la possibilité d’apporter quelque chose pour que le débat suive son cour, le sujet compris et la loi voté et promulguer, nous n’allons pas hésiter à le faire.

ACTE TV TOGO : Le secteur de la santé est aussi en grève depuis quelques semaines. Depuis toujours, les médecins togolais, réclament de meilleures conditions de travail. Alors que peut-on dire de ces manifestations de colère observées et qui devient de plus en plus récurrentes  chez les médecins togolais ?

LL: Nous compatissons. Les médecins ont le plein droit de réclamer les conditions de travail c’est-à-dire les outils et les infrastructures. Mais quelque part nous ne sommes pas d’accord sur le principe qu’au nom de la grève, il faut laisser les cas urgents et que l’on observe à la fin des décès. On ne va quand même pas dire que l’hôpital est vide et qu’il n’y a pas du tout de matériel pour un tant soit peu régler certains cas. Je pense qu’ils doivent se ressaisir et compter avec la raison. Quelque part ils ont prêté serment pour sauver les togolais mais si dans cette situation, les sauveur d’hier change de nature, je trouve que ça va devenir compliqué. Mais, il faut aussi appeler le gouvernement à la raison. Personne ne sort gagnant d’une crise comme celle-là. Du coup, faut-il qu’ils répondent favorable à la négociation pour une amélioration de la situation.

ACTE TV TOGO: Mr Laurent Lawson, merci

LL: C’est moi qui vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *